AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 head thrown back, throat to the stars;

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Leith Merrick
Admin
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 04/09/2016

MessageSujet: head thrown back, throat to the stars;   Sam 18 Nov - 9:11



( basil cobalt )
You remember too much, my mother said to me recently. Why hold onto all that? And I said, Where do I put it down?

i | one thousand paper cranes

nom complet ▪️ Basil Christopher Cobalt. Sous toutes ses formes, de la variante la plus plus courte au patronyme intégral, souvent devancé par fuck you. âge, date et lieu de naissance ▪️ réponse ici.  origines et nationalité ▪️ réponse ici. occupation et situation financière ▪️ réponse ici. statut civil ▪️ Basil et les filles, c'est une histoire qui dure depuis la nuit des temps. Il a l'adoration facile, Basil, il ne demande qu'à tomber à genoux et aduler. Mais, putain, s'il n'est pas le connard classique. Il disparaît dans la nuit après avoir supprimé son numéro de ton portable, il ne sait manifestement pas que tes copines sont hors limites et il t'adresse à peine un regard quand tu lui demandes des explications bien méritées. We'll chat another time, love. Et si "une autre fois" survient, il y a peu de "chatting" et beaucoup de répétition du même schéma inclus. Il y a naturellement eu des exceptions, mais elles n'ont fait que confirmer l'importance de la règle. situation familiale ▪️ réponse ici. traits de caractère ▪️ réponse ici. groupe ▪️  fier, nihiliste, dramatique, insolent, plus émotif qu'il ne voudrait l'admettre, téméraire, intuitif, négligeant, audacieux, stoïque, acerbe, loquace, rusé, observateur, impatient, sanguin, n'en fait qu'à sa tête, joueur, impulsif, créatif, cynique, irréfléchi, nonchalant, aventureux, vif d'esprit, cultivé, excessif, bougon, espiègle, charmeur, fiable, mutin, apathique.

ii | drop of rhum on my tongue

depuis quand vivez-vous à fortingall ? quel est votre ressenti sur la ville ? vous y plaisez-vous ou envisagez-vous un déménagement éventuel ? à quel point êtes-vous impliqué dans sa communauté ? ◦ Réponse en un développement de 5 lignes au minimum. Réponse en un développement de 5 lignes au minimum. Réponse en un développement de 5 lignes au minimum. décrivez-nous un automne mémorable. pourquoi est-il si spécial à vos yeux ? ◦ Réponse en un développement de 5 lignes au minimum. Réponse en un développement de 5 lignes au minimum. Réponse en un développement de 5 lignes au minimum.

[not super into giving a fuck] Le sarcasme est un second langage qu'il maîtrise comme Raphael manipulait ses pinceaux. Son discours est ponctué par de faux halètements et par des haussements d'épaules évasifs. Il sourit comme s'il trouvait toutes les choses de ce monde à la fois infiniment tragiques et furieusement drôles. Il respire le cynisme parfumé au goût de fatalité, brille par son apathie devenue légendaire. Basil, il s'en fout. Des "responsabilités", des bonnes mœurs, de la plupart de ses obligations sociétales et des conventions sociales aussi, mais surtout du fait que vous ne soyez pas d'accord. Dans ses meilleurs moments, il s'en fout de tout. Ou du moins, c'est ce qu'il se donne tout le mal du monde à faire croire. Parce que, Basil, il a un défaut de fabrication majeur, un trait de caractère proéminent dont il n'a jamais voulu : il ressent tout un peu trop profondément. Il a un centre feu de forêt qui brûle avec l'intensité de mille soleils et qui n'a aucune idée de comment faire dans la demie mesure. Et il déteste, il déteste, avoir à prendre le moindre petit détail trop à cœur. A choisir, il préfère ne rien ressentir du tout. [raise hell, kid] Basil est curieusement sujet aux mauvaises décisions. Une anomalie dont il a toujours été atteint : si deux options s'ouvrent à lui, il choisira la pire des deux, inéluctablement. Combinée à un goût un peu trop prononcé pour le risque, un mépris manifeste pour l'autorité et le genre de fierté qui reste douloureusement en travers de la gorge, on obtient un cocktail détonnant - une invitation aux problèmes. C'est un fait, depuis son plus jeune âge, Basil est un aimant à embrouilles. Il sème le chaos sur son passage indépendamment de sa volonté, il lui suffit d'exister pour s'attirer les foudres de tous les dieux de l'Olympe et plus encore. Tout y est passé, mais il semblerait que ce soit sa bouche qui ait fait le plus de dégâts - il faut dire qu'elle a la fâcheuse manie de réagir plus vite que son cerveau. Il a la langue venimeuse, Basil, et elle est la meilleure arme dans son arsenal et son pire défaut. Il pique dans le feu dans l'action, laisse les mots largement dépasser sa pensée, pour seulement en saisir l'étendue une fois que le mal est fait. Et ça pourrait presque être pardonnable s'il n'était pas affligé d'un orgueil assourdissant qui l'empêche physiquement de revenir sur sa parole. Il le sait, qu'il a les mots comme du papier de sable - alors, il affiche le signe clairement sur son son front : attention, danger. [coufnsed] Le verdict tombe aussitôt qu'il gagne les bancs de l'école : Basil souffre d'un trouble de l'apprentissage, la dyslexie. Et pour lui, s'y rendre tous les matins ne relève plus de la simple corvée, mais bien d'un lent supplice auquel il est forcé de se soumettre. Ses parents pensaient qu'ils comprenaient, Basil a quelques difficultés à lire. Ils ne comprenaient pas. C'était plus que ça. C'était avoir sa faiblesse la plus dégradante exposée aux yeux de tous, c'était la constante sensation qu'on n'est pas comme les autres - qu'on est moins que les autres. Le décrochage scolaire se fera exponentiellement. Et finalement, à 16 ans, sa carrière académique prend officiellement fin sous le regard désapprobateur, humilié, de son père. Après tous les sacrifices que ta mère et moi avons fait pour vous offrir un futur à tous. Basil suspecte que c'est le moment où fil qui le rattachait à son père s'était brisé, le moment où ils ont commencé à seulement s'entendre sans jamais s'écouter. Et il ne lui en voulait pas, il a toujours eu l'impression qu'il n'avait pas le droit de lui en vouloir. Son père était un bon père, il lui avait appris à pécher, à jouer au rugby et à lancer un bon coup de poing. Il offrait des fleurs à sa femme tous les dimanches matin, séchait tendrement les larmes de Maisie pour panser son cœur brisé et insistait pour que la famille se retrouve régulièrement autour d'un repas. Non, son père a toujours été un homme bien qui n'aurait pas mérité sa haine. Mais, aujourd'hui, si Basil et lui sont parfaitement capables de discuter allègrement de résultats sportifs autour d'une bière, ils ne ressemblent plus vraiment à un père et un fils et c'est terriblement flagrant.

iii | the other side of a closed door:
 

_________________
bittersweet nectar drips from the fractures in the guarded depths of your heart. didn’t your mother tell you not to break your toys? 



Dernière édition par Leith Merrick le Dim 3 Déc - 16:17, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://midnightcity.forumactif.be
Leith Merrick
Admin
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 04/09/2016

MessageSujet: Re: head thrown back, throat to the stars;   Sam 18 Nov - 21:32



( If love were something other than love
it would be a spill on the floor. How it ruins the carpet. )
Basil ne sait pas vraiment ce qui la rend si spéciale, pourquoi elle se démarque si radicalement de toutes les autres. Peut-être que c'est la manière dont ses doigts viennent se loger dans le creux de sa nuque, comme si mains avaient été sculptées dans l'unique intention de tendrement s'y enclaver, la soie de ses mèches contre la rugosité de ses phalanges. Peut-être que c'est dans cette habitude qu'elle a de rire contre son épaule, dans la façon où elle le touche tout naturellement comme si elle n'y pensait même pas, comme si leurs corps se mouvaient en unisson de leur propre accord. Ou peut-être que c'est dans l'usage si distinct qu'elle fait de son nom, dans la manière où il se pose sur le rouge de ses lèvres et se drape dans le velours de sa voix, comme un secret dont ils seraient les deux seuls gardiens. Elle est sortie de nulle part, a soudainement fait son irruption fracassante dans sa vie et l'a retournée sans dessus dessous, et il I slept with someone else last night. Why? She said she could make me forget all about you. She didn't. I felt like it. I already packed your stuff.


( Someone has to leave first. This is a very old story.
There is no other version of this story. )


_________________
bittersweet nectar drips from the fractures in the guarded depths of your heart. didn’t your mother tell you not to break your toys? 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://midnightcity.forumactif.be
 
head thrown back, throat to the stars;
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» DART to Haiti - Words of Thanks to Canadian Head of State
» Dallas' Stars
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
▪ oh dam it! :: AFWISSELING VAN DE SPIJS DOET HET ETEN. :: IN EVERY MAN THERE IS A CHILD-
Sauter vers: